La culture de la mâche : de nombreux avantages.

La ‘Bigarrée de Huy’, ainsi que la ‘Coquille de Louviers’, ont été choisies dans le groupe ‘Mâche’ du réseau des Jardins Semenciers en raison de leur appartenance au patrimoine potager belge, mais aussi :

– pour leur rusticité : une bonne résistance au gel pour la culture d’hiver alors que le climat devient de plus en plus extrême.

– parce-que la mâche a l’avantage de pousser au jardin en hiver et au début de printemps, une période ou la production de légumes est moins abondante.

– comme les autres mâches, elles présentent des caractéristiques nutritionnelles intéressantes: riche en vitamines et minéraux notamment A, C et Fer, en chlorophylle, avec des propriétés anti-oxydantes, elle est en plus légère et aide à la digestion tout en rassasiant bien.

– pour la facilité de sa culture : la mâche demande peu de soins et se resème facilement, pour peu que le sol soit traite avec douceur (non retourné). Elle s’intègre donc dans un jardin biologique ou agroécologique/en permaculture ou même un jardin d’ornement comme couvre-sol.

Si tout se passe bien et que la nature le veut… les graines produites par le groupe Mâche seront disponibles à partir d’avril-mai 2019. Elle seront partagées dans le cadre du réseau: la petite salade retrouvée devrait ainsi pousser librement, nourrir et connecter ensemble de plus en plus de jardins et d’habitants de la région.

MacheBigareedeHuy2

Ici nous avons 2 variétés résistantes au froid et au gel, pour fournir à manger en automne et en hiver. 

https://www.semaille.com/fr/mache/568-mache-coquille-de-louviers.html

https://www.semaille.com/fr/mache/759-mache-bigaree-de-huy.html

Nom latin : Valerianella locusta (L.) Laterr. Famille : Valerianaceae, valérianacées, regroupe plus de 300 espèces quasiment toutes herbacées. Dans nos régions, on trouve essentiellement la mâche et la valériane.

En maraîchage, seule la mâche (valerianela locusta) représente cette famille…

Famille – classification phylogénétique : Caprifoliaceae.

ordre: Dipsacales

Noms vernaculaires :

mâche , doucette, salade de blé., rampon…

Époque de floraison : avril-mai
Hauteur : 10 cm hampe florale a 30cm
Multiplication : semis
Strate végétale : Herbacée
Cycle de vie : bisannuelle

Reproduction : autogame (cléistogamie stricte : la fleur ne s’ouvre pas).
Propriétés : Feuillage comestible
Origine : Belgique

Description : Au printemps se ramasse en rosette et se couvre de panachure jaune et vert. Très appétissante, description qui était donnée dans le catalogue Gonthier (Wanze-Huy Belgique) en 1955. Citée dans le catalogue Gonthier en 1924-1955-1959 Sélection des établissements Gonthier, disparue des catalogues.

et a présent retrouvée…la suite de l’histoire ici…

Adapté de: Semeur.fr

http://www.semeur.fr/wiki/index.php?title=MACHE_%C3%A0_Coeur_jaune_dor%C3%A9´

Contact groupe mâche: Ananda Corinne

Publicités

Conseils de culture de la Mâche.

Biotope :

Pour comprendre ses besoins, il est intéressant de savoir que la mâche est une plante encore un peu sauvage, qui aime les bords de forêts, les sols frais et humides. La culture sera d’autant meilleure que la mâche est un peu abritée, au pied d’autres plantes plus grandes qui vont la protéger des excès de soleil ou de pluie. https://permaforet.blogspot.com/2015/01/le-biotope-de-la-mache.html

Période de semis: juillet-août ou septembre. en ces temps de climat plus intense, il est essentiel de regarder les prévisions météorologiques: une période humide et pas trop chaude (environ 20 degrés C) permettra la germination.

Cette année juillet et août on été chauds et secs, un semis en septembre à donné de bien meilleurs résultats. Une participante a alternativement semé fin juin, période moins chaude, avec a priori des résultats positifs. La production de graines se fera de toutes façons au printemps en avril-mai.

Il est préférable de, réaliser les semis et tous les soins en jour ‘feuilles’ selon le calendrier lunaire (voir calendrier biodynamique ou autre).

L’humidité doit être continue lors des périodes critiques de semis, germination, montaison et maturation de la graine.

L’enjeu, surtout en période d’été est de garder le sol frais et humide, pendant la levée des graines mais aussi pendant la croissance pour éviter une montaison trop rapide. En effet, nous voulons sélectionner des plantes qui vont rester plus longtemps en feuilles dans les potagers.

C’est pour cela que le semis de printemps est plus délicat car propice a une montée en graines trop rapide qui produirait des semences ayant cette caractéristique peu intéressante pour les jardiniers qui les cultiveraient ensuite dans un but alimentaire.

Pour garder le sol frais et humide voici, quelques idées:

couvrir le semis: voile, planche de bois, paillage léger, etc

associer avec des plantes qui vont ombrager le sol et/ou protéger du vent et donc du dessèchement: dans mon jardin, par exemple la mâche a été semée derrière des shisos et des physalis qui s’en iront à l’automne dans un cas, ou entre des poivrons et aubergines et une rangée de petits fruitiers.  

semer suffisamment profond, 2 a 3 fois la profondeur de la graine: la mâche coquille de Louviers a des graines assez grosses, comme une petite graine d’épinard, tandis que la Bigarrée de Huy a des graines très fines.

– Semer en anticipant la récolte des graines: 2 solutions sont envisagées: la rangée, à priori le plus simple pour biner, désherber et collecter les graines, et le semis à la volée.

La mâche est autogame, avec une faible possibilité d’allogamie. Il faut tout de même éviter d’avoir des plantes d’autres variétés de mâche à proximité.

Pour récolter les graines, plusieurs solutions

– ‘secouer’ les plants pour faire tomber les graines à maturité.

– récolter le plant entier (ou au moins les tiges) et les mettre a sécher dans un sac tête en bas,

– poser des tissus au sol sur lesquels les graines tomberont. Ramasser régulièrement et surtout avant la pluie ; )

Ces conseils seront mis a jour au fil de la croissance des plantes et des expériences des jardiniers. L’idée est aussi que chacun apporte ses connaissances et sa créativité.  

Contact groupe mâche: Ananda Corinne

Disparue… puis retrouvée : la mâche ‘Bigarrée de Huy’, ‘à petites feuilles à cœur jaune’.

Disparue… puis retrouvée : la mâche ‘Bigarrée de Huy’, ‘à petites feuilles à cœur jaune’.

Cette mâche (salade de blé, doucette… ) est une variété régionale belge qui présente à maturité un cœur de feuilles panachées de jaune et vert tendre, tandis que le reste de la plante reste vert foncé.

Voici la petite histoire de cette humble salade de blé, qui nous raconte les liens indissociables entre plantes et êtres humains. Et qu’il s’agit de sauvegarde de la biodiversité cultivée tout autant que des liens, savoirs et pratiques entre humains.

Comme de nombreuses plantes de notre patrimoine potager, on la croyait disparue, depuis une dernière mention dans des catalogues de semenciers après-guerre.

Voici un résumé historique, issu des recherches effectuées par le semencier Semaille:

Une première mention d’une mâche dorée ou panachée apparaît dans le catalogue Auguste Dony de 1898 (devenu Gonthier par la suite).

A partir de 1926, dans le catalogue Gonthier, elle devient mâche à cœur jaune ou dorée (panachée). L’édition 1954 du catalogue précise qu’elle est : « sélectionnée chez nous. Curieuse et jolie. Au printemps, elle se ramasse en rosette et se couvre de panachures jaune d’or. Très appétissante. »

Le livre les « plantes potagères de Vilmorin Andrieux – Ed 1900 » signale une mâche dorée, « probablement originaire de la mâche ronde mais qui a des feuilles vert pâle qui  prennent dans les parties exposées à l’action solaire, une teinte dorée très accusée ». Un peu plus loin, le même livre parle des variétés panachées en disant ceci : «(…) Parmi ces races, l’une a les feuilles marbrées de blanc, l’autre a le cœur et la base des feuilles du centre d’un jaune vif : cette panachure prend surtout une grande intensité après les premières gelées et produit un assez joli effet

Une dernière mention en 1956 chez un autre semencier, Clause…

Et puis, sa trace se perd, jusqu’à ce qu’une jardinière et semencière de Habay, Bernadette ne signale qu’il en poussait dans son jardin. La mâche s’y resemait allégrement depuis déjà l’époque de ses parents et grands-parents, semenciers, qui en prenaient soin et en faisaient commerce.

La mâche retrouvée vient ainsi d’intégrer le catalogue du semencier artisanal et indépendant Semaille. Elle en profité pour recevoir un nom, ‘Bigarrée de Huy‘, rappelant son aspect atypique ainsi que le lieu de sa ‘redécouverte’ (l’établissement semencier de la famille de Bernadette étant originaire de la région maraîchère de Huy).

Lorsque j’ai choisi cette variété de mâche pour que le groupe de jardiniers participant aux Jardins semenciers de Bruxelles1, je ne connaissait encore ni l’histoire de cette mâche colorée, ni Bernadette…

C’est grâce au mouvement pour la protection des semences que les liens se sont tissés.

Ce mouvement grandissant, en Belgique comme ailleurs dans le monde, regroupe les énergies d’agriculteurs, de jardiniers, de semenciers, d’associations, de chercheurs et de citoyens engagés.

Ainsi, lors d’une rencontre du Réseau Meuse-Rhin-Moselle2, j’ai parlé à l’un des intervenants de mon enthousiasme pour la petite mâche dorée panachée. Ce participant m’a signalé la présence à ce même moment et dans ce même lieu d’une certaine Bernadette, ‘redécouvreuse’ de cette variété.

Faire la connaissance de Bernadette, c’est accéder à une source d’informations sur la ‘culture potagère’, à un savoir issu de son héritage familial tout autant que de sa pratique au plus près de la nature.

Bernadette partage avec douceur et bienveillance son expérience dans plusieurs projets citoyens et lors de moments d’échanges sur la reproduction de semences dans le cadre de la Maison de la semence citoyenne3, un projet de Nature et Progrès.

Photos et remerciements: Bernadette, Semaille, Nature et Progrès, le Réseau Meuse Rhin Moselle.

Contact groupe mâche et rédaction : Corinne Ananda

Sources : Semaille https://www.semaille.com/fr/mache/759-mache-bigaree-de-huy.html . Semeur.fr http://www.semeur.fr/wiki/index.php?title=MACHE_%C3%A0_Coeur_jaune_dor%C3%A9´

 

1Jardins Semenciers Bruxellois https://passeursdesemences.wordpress.com/

2Reseau Meuse-Rhin-Moselle https://reseaurmrmsemences.com/

3Maison de la Semence Nature et Progres https://maisondelasemencenatpro.com/

Notre agenda hiver 2018/2019

18 novembre 2018 14h (Tournesol par Tournay-Solvay):
bilan de la saison, mise en commun des semences produites dans les groupes,
préparation de la bourse aux semences à T&T

25 novembre 2018 14h30 – 16h30 (Elzenhof av. de la Couronne):
bourse aux plantes de Natagora (stand des Maîtres-Maraîcheurs)

3 février 2019 14h – 16h (BE – Tour&Taxi):
bourse aux semences du réseau des potagers urbains (info: collectif IPE)

22 février 2019 16h – 19h (Tournesol, parc Tournay-Solvay):
formation des groupes pour la saison 2019 (info sur ce blog et via la mailing liste des potagers urbains); inscription obligatiore – nombre de places limité!

Une parcelle de conservation de céréales à Bruxelles!

Ce dimanche 21 octobre nous avons semé des céréales sur une parcelle de Bruxelles Environnement gérée par les Maitres Maraichers / Jardins Semenciers à la la prairie Dolez (Uccle). Pas mal de travail de préparation car la parcelle était totalement en friche il y a un mois, mais quel bonheur partagé ce matin de semer collectivement ces variétés sous un beau soleil.

Raphaël nous explique le pourquoi du comment des variétés de lignées pure et population, les blés anciens et modernes, etc… Vous avez raté cela! rendez vous sur le site de Li Mestère qui nous a fourni les graines dans le cadre de l’appel à des jardiniers « conservateurs-trices ».

IMG_2016

Semis de cinq variétés pour la conservation (trois lignes par bande on s’applique… nous n’avons pas beaucoup de graines: une variété moderne population CCP, de l’Epeautre ard. TS1472, du Froment hybride du trésor, du Poulard touezlle barbu et du froment Heurtebise.

IMG_2018Semis, sur une plus grande surface, d’une variété paysanne issue d’une exploitation du Pajottenland pour la reproduction.

IMG_20181021_122913

RDV tout au long du cycle de culture et surtout ne manquez pas la moisson et le battage 😉 ou nous retrouverons les autres conservateurs-trices pour une mise en commun des semences.

cycleblé

Le réseau des Jardins Semenciers s’affiche dans les potagers

Un nouveau visuel prend petit à petit racine dans les parcelles potagères où des jardiniers du réseau sont actifs. Ils permettent une information plus large du public et participent à la conscientisation des jardiniers cultivant sur les sites: produire ensemble nos semences cela c’est vraiment la bonne idée pour la nouvelle campagne 2018-2019!

Dolez panneauLe site de Dolez, 36 parcelles de culture mises en location par l’IBGE dont une parcelle gérée par des maitres maraichers faisant parti du Réseau des Jardins Semenciers.

Dolez 36

Et un autre, à Watermael-Boitsfort, sur un terrain mis à disposition par la commune:

Atelier pratique: 21/10/2018 – produire les semences potagères

Lors des Rencontres Good Food, en collaboration avec l’asbl Tournesol, nous vous proposons un après-midi pour apprendre les bases de botanique indispensables et les techniques de production et de conservation des semences potagères. L’atelier est ouvert à tous les jardiniers désireux produire des semences de qualité et de les partager lors des bourses aux semences. La priorité est donnée aux représentants des potagers collectifs bruxellois.

Où?: Ferme d’Uccle; Adresse: 93, Vieille rue du Moulin, 1180 Uccle (Parc Fond’Roy)
Tram 92 arrêt : Place Saint-Job Bus 43 arrêt : Place Saint-Job

Quand? le dimanche 21 octobre 2018 de 14h à 17h

Tomates: palmares 2018

Cette année, c’est la resistance à la sécheresse qu’on étudie!
Sans grande surprise: les variétés au feuillage abondant, au port buissonnant et vigoureux souffrent le plus. Un des problèmes c’est aussi la « maladie du cul noir ».

 

 

 

Cette malformation n’est pas très grave en soi: c’est juste une mauvaise absorption du calcium due aux apports irréguliers en eau. Plusieures variétés en ont été atteintes, parfois juste sur une grappe. Un arrosage régulier, eventuellement avec du lait dilué, peut sauver la récolte.
Difficile d’établir le palmarès de précocité: la chaleur et la sécheresse ont fait mûrir toutes les variétés pratiquement en même temps

Nos coups de coeur cette année:
Joyau d’Idaho: un tout petit buisson d’un vert soutenu, des fruits rouge vif: très décoratif pour les terrasses, goût agréable. Ne surtout pas tailler!

 

 

Canabec Rose (variété canadienne): un gros buisson très vigoureux (donc: gros besoin en eau à cause d’une grande surface de transpiration). Pas plus d’un mètre de hauteur – il ne faut pas le tailler, mais attacher les nombreuses branches qui croulent sous le poids des fruits assez gros, d’un rose soutenu. Très productif, excellente saveur – à voir comment il se comporte dans le climat belge habituel.

Photo de gauche: en bas – Canabec Rose, en haut – Rose de Berne
Photo de droite: Rose de Berne: une valeur sûre pour les amateurs de bonnes tomates.
D’habitude, mûrit plus tard (mi-août), mais cette année on en a récolté avant la mi-juillet!
Croissance indéterminée (un bon tuteur s’impose, surtout que les grappes de fruits pèsent lourd!),
mieux vaut la conduire sur une tige et pincer les gourmands. A part un teint un rien plus pâle et un peu de vert près de la tige, les fruits assez semblables au Canabec Rose, parfois un peu plus gros, mais toujours aussi savoureux et très charnus.

Prune Noire: croissance indéterminée, assez sensible au « cul noir ». Petits fruits allongés – le nom de la variété dit tout 😉

Miel du Mexique: croissance indéterminée, petits fruits rouges en grappes. La plus resistante à la sécheresse avec les petites feuilles peu abondantes.

Gold Dust: variété buissonnante (max. 1m de haut) – il ne faut pas tailler, mais soutenir les nombreuses branches.
Très productive, précoce mais sensible à la sécheresse. Fruits de taille moyenne, couleur presqu’orange (d’où le nom), un peu farineux.

Stupice: buissonante (pas de taille donc!), hauteur max 1m, variété « à feuilles de patate ».
Fruits rouges de taille moyenne, très sensible à la sécheresse.
              

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑